Où va-t-on ?

Droit dans le mur manifestement. Après l'énième pitoyable prestation de l'équipe de France, (dernière en date d'une, trop longue, série en cours), on peut légitimement craindre le pire à quelques quatre-vingt dix jours de la coupe du monde. Absence totale de philosophie de jeu, esprit d'équipe que l'on à peine à voir, communication technique largement défaillante, fédération transparente pour ne pas dire inexistante, sélections farfelues ou incohérentes, (joueurs retenus mais jamais titularisés, joueurs écartés pour des raisons aussi étranges qu'extra-footballistique, joueurs disparaissant après une piètre prestation là où d'autres les enchaînent allègrement), défense centrale chaque fois différente et pas plus sûre ou sérieuse que la précédente, tactique frileuse et ultra défensive, (plus aucune grande sélection nationale n'évoluant avec deux milieux récupérateurs), et surtout, oui surtout, des joueurs qui, bien qu'évoluant dans les plus grands clubs européens, ne sont jamais à leur niveau dès lors qu'ils revêtent la tenue flanquée du coq, la liste des doléances est longue.

Face à ce néant abyssal, et malgré un tirage au sort plutôt clément, on est en droit de s'inquiéter. L'exemple de 2006, (premier tour plus que laborieux puis des prestations de grandes qualités jusqu'à cette finale que l'on méritait de gagner, n'en déplaise à Francesca), devrait certes m'inciter à plus de modération, celui de 2002 me pousse au contraire à redouter la répétition d'un cycle qui nous mènerait à l'échec et à l'élimination dès le premier tour. Rien n'étant jamais joué en matière de sport et de football, ne vendons pas notre peau avant d'avoir été exécuté. Espérons juste que les pontes de notre sport préféré feront le bon choix quand viendra le moment de choisir un remplaçant à Domenech.

ES

Voir aussi :      Trop Bon ?     J'aime pas le foot...      Misère, Misère...     Où va-t-on ?     

Bookmark and Share